Investissements climatiquement corrects

Investissements climatiquement corrects

Non seulement il faut s'exprimer de manière politiquement correcte, mais aussi veiller à ce que nos investissements le soient aussi. Maintenant c'est aux investisseurs de se faire tancer par des freluquets de Greenpeace, WWF et autres institutions si démocratiques qu'on ne sait d'où elles tiennent leur légitimité.

C'est le onzième commandement ou un substitut du troisième et du neuvième : « dans le durable vert et décarboné tu investiras ! »

On peut comprendre des start-up cleantech qu'elles s'allaitent aux mamelles de subventions et incitations peu durables mais sonnantes et trébuchantes.

Cela est plus étonnant de la part d'investisseurs chevronnés, censés réfléchir sans passion. Alors maintenant il y a des fonds qui se donnent comme règle de n'investir que dans le durable rafraichissant le climat ; c'est leur droit et on leur souhaite bonne chance.

Mais où cela devient inquiétant, c'est lorsqu'un une ONG « 2° Investing Initiative », tombée des nues, est associée avec l'administration fédérale pour 'vérifier' que les fonds de pension de la Confédération, AVS comprise, et des entreprises sous son contrôle, n'investissent que de cette manière, même si aucun mandat dans ce sens ne leur a été donné et que leurs administrateurs se doivent de n'accepter aucune influence politique. L'omineux fonds Ethos se gausse d'être « compatible avec le scénario 2 ° », la bourse va surchauffer !. Il y a même des parlementaires souhaitant étendre cette exigence à toutes les caisses de pension privées.

Si ce n'est pas du néofascisme rampant qu'on m'explique ce que c'est ! Peut-être va-t-il bientôt falloir que les entreprises et fonds d'investissement ne satisfaisant pas aux critères de pureté écolo-climatique mettent une étoile jaune sur leur papier à lettre ; la confiscation est proche. En tous cas, si la terre se réchauffe de plus de 2 °C, ce qu'elle fait tous les matins, alors on saura qui sont les coupables.

Ce néofascisme-là est bien en marche, et délibérément ignoré. Pire, on ne me prendra pas au sérieux (une fois de plus) lorsque je le désigne, ou alors on me reprochera d'exagérer ou d'utiliser des mots trop durs. Pourquoi ? parce que le discernement et surtout le courage manquent pour s'opposer clairement à ces injonctions pseudo-morales, infondées et dogmatiques.

Alors il ne nous reste plus qu'à retourner à l'asile où nous sommes déjà.

Lire l'entier de ce billet  " Le néofascisme n'est pas là où on le croit " publié sur le blog de l'auteur.

Australien kündigt teilweise Abkehr von erneuerbar...
Der ökologistische Filz von Verwaltung und NGOs ke...
 
Derzeit gibt es keine Kommentare.
Bereits registriert? Hier einloggen
Gäste
Mi. 22. Nov. 2017

Sicherheitscode (Captcha)